Pensée de la semaine

 

Bonne semaine … 

Publicités

Une vie créative, un leurre ? Un espoir ?

 

Comment se connecter à une vie créative, quand la vie nous devance et que le temps s’accélère ? Dans ce mouvement on se sent davantage entrainé par une force qui parfois nous fait perdre pied, que comme un capitaine à la barre.

Est-ce un leurre de penser pouvoir être créatif au quotidien ? Parfois ça en prend le chemin. Et pourtant.

La créativité suit des cycles, les respecter et les accepter est  un premier pas dans l’acceptation de nos limites et de notre originalité. Comme les saisons, la créativité suit un rythme. En hiver on a parfois du mal à imaginer les arbres en fleurs, pour la créativité c’est pareil. On a du mal à s’imaginer créatif dans les périodes de surcharge de travail, aux moments où on court après le temps.

Je viens de vivre une période comme cela, un peu folle où j’étais en mode pilote automatique, très efficace, mais très dans ma tête aussi. Ce qui fait que cette déconnexion de ma créativité concrète dans la matière, a été difficile à vivre pour la manuelle que je suis.

Alors j’ai essayé de dégager du temps pour des activités très concrètes du quotidien que je faisais peu ou mal pour y glisser un soupçon de créativité. La première tentative s’est soldée par un échec cuisant. J’ai tenté de créer des muffins … ils sentaient bons, ils avaient bon goût, mais je crois que c’était les gâteaux les plus laids qu’il m’ait été donné de faire. Ils se présentaient non pas en plein mais en creux !!! Le comble pour des muffins qui se veulent gonflés et moelleux !! Dans ma précipitation j’avais oublié la farine !!! j’étais en effet impatiente de finir ce qui m’occupait m’esprit et tout mon temps !


Alors j’ai laissé tomber la pâtisserie qui n’est absolument pas ma spécialité, tout comme la confection de bijoux et autres bricolages très codés. Et je me suis accordée un collage express  par jour: une couleur dominante, une image, un mot pour une carte qui viendrait renflouer mon jeu personnalisé. Le collage me rend ce que je lui donne. Dans le collage je découvre des aspects techniques et de rendu quelle que soit la manière de faire, c’est toujours une surprise ! Une bonne surprise !





Et puis après cette période dense, j’ai eu besoin de recréer un espace inspirant en jettant et en rageant. Et étonnement ! L’envie de retourner faire des essais culinaires m’a reprise et … les résultats n’ont rien a voir avec les essais rapides et bâclés.

Tout ça pour dire que la vie créative dans une routine d’efficacité est certes compliquée à mettre en œuvre. Mais ça me manque beaucoup de ne pas avoir les mains dans la patouille. Alors j’invente des plats, et ça normalement on le fait un peu au quotidien, je veux dire de transformer les aliments pour se nourrir. Alors transférer la créativité dans la cuisine, c’est possible et c’est cool aussi. 

Sinon ce qui aide terriblement à ne pas se sentir déconnecté de sa créativité, c’est de chaque jour prendre du temps pour soi, pour se déposer dans un carnet, une feuille, un carré de papier et laisser couler le flot interrompu des mots qui dansent dans les cerveaux agités ! Trouver sa manière de faire, un petit dessin, un petit zendala, un carré à remplir avec de la couleur …  de sortir respirer l’air frais du matin, d’écouter en conscience chanter les oiseaux, sentir les fragrances de la nature en plein réveil en ce début de printemps !

Mais ça peut être aussi de prendre 5 minutes pour respirer, se poser et être tout simplement sans aucune obligation quelle qu’elle soit. Simplement être …

Alors oui c’est possible, en peu de temps il est possible de se connecter avec sa créativité chaque jour, pour rayonner davantage de ce petit quelque chose que nous avons à partager avec le monde et qui nous appartient en propre.

Reprenons contact avec les petites choses qui ne se voient pas mais qui sont essentielles … Un petit matin printanier, un chant d oiseau, un coucher de soleil, la lueur argentée de la lune … Et pourquoi ne pas les transformer dans la matière , mais sans obligation, d abord ressentir …




Et pourquoi pas ?



« Pourquoi ne pourrait-on pas

Conserver toute sa vie la capacité à 

Éprouver les délices de la terre et

De l herbe et de la pluie crépitante

Et du ciel plein d étoiles ? »

Astrid Lindgren 

Et pourquoi pas ?

Belle journée …