Et les dinosaures alors ?

image

Le temps passe vite, trop vite même, tout le monde est d’accord pour le dire. L’autre jour je suis allée faire des courses et dans deux magasins sur trois, c’était le sujet de discussion entre vendeuses et clientes. Dimanche dernier dans un bus bondé, un vieux monsieur de 84 ans (hé oui il m’a confié son âge) me disait la même chose. Il est vrai que  j’entends des réflexions sur le temps qui passe, très souvent , un peu trop souvent, si bien qu’on fini tous par s’en persuader. A force de la dire et de l’entendre, effectivement le temps passe vite, ça devient une réalité que nous regrettons amèrement. Depuis quelques mois de nombreuses publications pointent le bout de leur nez dans les kiosques, sur le fait de ralentir le temps, se mettre à un rythme respectueux de l’être précieux que nous sommes, apprécier les petites choses et nous faire prendre conscience que la vie, la vraie, se cache dans ce que nous avons de plus précieux, qui ne coûte rien et qui nous fait cruellement défaut : le temps de vivre. Car si le temps passe si vite, du moins en avons l’impression, c’est que nous sommes souvent balloté par ce temps par un emploi du temps effréné qui nous laisse pantelant à l’aube de nos prises de conscience .

Qui a déjà entendu les dinosaures se plaindre du temps qui passe trop vite ? Hé bien la semaine dernière je suis allée assister à une conférence de Jean Marie Pelt sur « le monde a t-il un sens ? » Il est parti de très loin dans l’histoire de la vie. Il est parti des temps tellement lointains que je n’arrive pas à me les représenter, sauf avec quelques images clichées poussiéreuses. Et pourtant en courant ainsi a travers la vie, quel sens lui donnons nous et quel sens prenons nous ? Nous sommes nombreux à nous interroger. De la prise de conscience à la prise de décision, le chemin peut être long. Pas de solution miracle, c’est sûr, mais un inévitable face à face avec soi même pour réviser ses choix.

Ralentir le temps … en tout cas les moments heureux .. Une présence authentique à soi, par la pleine conscience du moment vécu, offre à celui qui le vit d’imprimer dans son corps, son cœur, sa mémoire la juste mesure du temps. Prendre le temps de dessiner, de chercher une prise de vue particulière avec son appareil photo, de jouer avec un enfant, de peindre, d’écouter le vent dans le carillon, de s’émerveiller des jeux de lumières dans les arbres … toutes ces petites choses sans importance se révèlent très précieuses pour vivre pleinement le temps sans lui courir après en permanence. Se poser un instant pour respirer, déguster cette respiration comme une gourmandise qui donne à la vie la quintessence, celle de se dépouiller du superflu pour développer l’être au détriment de l’avoir.

Se mettre au rythme de la nature, un instant dans la semaine, plonger les mains dans la terre, ou tout simplement écouter les oiseaux, regarder la lumière et s’enivrer des fragrances de fin de journée, apaise le rythme fou que nous suivons du matin au soir.

Je vous fais une invitation à descendre au jardin, dans un écrin de nature (sauvage ou domestiqué), vous accorder à ce qu’elle vous offre, sans attente, juste celle d’être. Et pourquoi ne pas trouver la paix et la joie au bout du pinceau, dans un élan créatif, puis  jouer avec les couleurs et les formes, pour rien juste pour déguster le moment présent.

 

 

Publicités

Un commentaire sur “Et les dinosaures alors ?

  1. C’est beau ,j’aime ton texte …..il résonne heureux et conscient de l’être ….. Bisous …

    >

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s