Le jour à pas de velours

Ce matin le jour a revêtu sa robe de lumière

Les premiers rayons du soleil passent à travers les volets et traversent la toile de lin des rideaux

Les oiseaux depuis longtemps réveillés lancent des joyeuses trilles dans l’air encore frais

C ‘est le moment que je préfère, emplit de la promesse d’un jour nouveau qui dévoilera ses surprises au fil du temps qui s’écoule minute après minute …

A cet instant, nulles précipitations, nulles inquiétudes, c’est le moment de tous les possibles L’aube nouvelle.

J’enfile alors mes pantoufles de rosée, ma robe de lumière identique à celle du jour,

et je sors dans le jardin.

J’y suis accueillie comme une des leurs,

sans bruit, j’écoute ce qui se dit dans ce concert de chants d’oiseaux et de fleurs qui défroissent leurs parures colorées par le sommeil de la nuit.

J’hume les fragrances douces à mes narines, terre ensommeillée, feuilles vertes et timides parfums de fleurs

Je bois quelques gouttes de rosées à la corole d’une rose thé, et je m’imprègne de ce moment de paix, tranquille, emplit d’une sérénité rare et d’un bonheur profond.

Etre là, tout simplement.

Et tout est là, assurément

Vivre authentiquement, sans rien attendre d’autre que ce qui est à vivre maintenant

A plein cœur,

A cœur joie.

Belle semaine !

 

Publicités

Une folle envie de partager …

Si JE DEVAIS RECOMMENCER MA VIE

 

J’userais commettre davantage d’erreurs. Je garderais mon calme. Je serais plus dégourdie. Je ferais plus de folies que je n’en ai faites cette fois-ci. Je prendrais moins de choses au sérieux. Je prendrais plus de risques. Je voyagerais davantage. Je gravirais davantage de montagnes et je nagerais dans un plus grand nombre de rivières. Je mangerais plus de glaces et moins de haricots. J’aurais peut-être davantage de maladies réelles mais certainement moins de maladies imaginaires.

Voyez-vous, je suis une de ces personnes qui vivent sagement et sainement heure après heure, jour après jour. Bien sûr, j’ai vécu de bons moments, mais si je devais recommencer et le ferais en sorte d’en connaître davantage. D’ailleurs, c’est tout ce que j’essaierais de faire: vivre de bons moments. L’un après l’autre, au lieu de vivre en pensant à demain. Je suis de ceux qui ne sortent jamais sans leur thermomètre, leur bouillotte, leur parapluie et leur parachute. Si je devais recommencer, je me chargerais moins avant de partir en voyage.

Si je devais revivre ma vie, je me promènerais pieds nus plus tôt au printemps et jusque tard en automne. J’irais plus souvent au bal. J’irais plus souvent cueillir des marguerites.

Nadine Stair

de Louisville au Kentucky

(âgée de quatre-vingt-cinq ans au moment d’écrire ce texte)

2016-10-12-16-17-25_1476294041837_resized

« Vivre rien que des instants l’un après l’autre, au lieu de vivre tant d’années en avance sur chaque jour »

Nadine Stair

 

Alors osons vivre vraiment, en dansant la vie, en l’attrapant à plein cœur !

Les yeux du monde

IMG_20160801_174856IMG_20160801_193818

Les fleurs sont les yeux du monde. Il s’agit d’en prendre soin ! Ouvrez les yeux admirez  et régalez vous de leurs couleurs et de leurs formes. Sentez et enivrez vous de leurs parfums si délicats !

Le premier homme de la préhistoire qui composa un bouquet de fleurs fut le premier à quitter l’état animal ; il comprit l’utilité de l’inutile.

Le livre du Thé,

Okakura Kakuzô